PROJET "HANDS FREE" : ADIEU INTERFACES PHYSIQUES?

Nouvelle bidule expérimentale : caméra vidéo captant l’information 3D! La vidéo promotionnelle « Hands Free » promet une navigation dépourvue d’interfaces physiques dans le monde virtuel Second Life. On peut alors s’imaginer notre avatar répondre en temps réel à nos mouvements devant l’écran sur lequel est fixée une caméra, éventuellement une webcaméra : « The cameras, which have sub-centimeter resolution at the five to ten foot range, might be able to do motion capture. That would make it possible to directly convey facial expressions and body language in cyberspace, something that is largely missing from today’s multiplay video games and virtual worlds. » (NYT, John Markoff)

Sans souris, ni clavier, notre corps entre en symbiose avec celui de notre avatar…hum! Grand hum! En fait, si on étudie un peu le dispositif, on se rend bien compte que l’on ne fait rien d’autre que de transformer le corps de l’internaute en une souris géante ou un gros joystick ambulant, un appareil de commande pour lequel chaque mouvement précis détermine une fonction dans le monde virtuel. Penchez-vous légèrement vers l’avant et votre avatar avancera, penchez-vous un peu vers l’arrière, il reculera (une petite technique de baladi est prérequise) restez à une bonne distance, attention de ne pas bouger les bras, ils génèrent d’autres fonctions (du genre : n’envoyer pas la main à quelqu’un, vous vous envolerez)…etc. Alors que les mains sont libres (pas si libre que ça en fait puisque leurs mouvements engendrent des fonctions qui ne sont pas liées aux mouvements des mains de l’avatar-ça devient un peu mêlant tout ça), le reste du corps paraît prisonnier, inconfortable. Debout, à s’incliner d’un bord, puis de l’autre, à sauter sur place pour déclencher je ne sais trop quoi et le tout sans se casser la figure, c’est plus laborieux qu’immersif. La grandeur de mon bureau ne me permettrait même pas de me situer à la bonne distance. Dans le style « point de vue privilégié », je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi contraignant. Même l’homme qui fait la démonstration a l’air de se sentir ridiculement mal à l’aise. Son petit sourire en coin en dit long : « je suis le programmeur pour ce projet, j’ai vraiment besoin d’être payé pour ça ». À un moment, je me suis même demandée si c’était une blague de Linden Lab, mais ils ne sont pas du genre farceur. Il faut leur donner une petite chance, ce n’est qu’un premier démo. C’est à suivre…

Enfin, l’idée de la webcaméra comme dispositif immersif n’est pas nouvelle, je me souviens d’un article sur une compagnie israélienne qui expérimentait la webcaméra comme capteur de mouvement pour des jeux vidéos : « This is the first time anyone has managed to translate the movement of a person into a three-dimension space using only software and a single camera ». Hum encore! Un artiste que j’adore a fait quelques expérimentations bien avant qu’apparaisse cet article en 2007. Il s’agit d’Andreas Müller. Le procédé n’est certainement pas aussi complexe, mais l’expérience est certainement aussi intéressante. L’artiste transforme les pixels, de l’image de l’internaute captée par la webcaméra, en cubes ou encore en particules. L’effet est superbe, mais les oeuvres (étant donné qu’elles ne sont pas récentes) ne fonctionnent que sur de vieux PC, des dinosaures quoi!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s