À LIRE…L’I.A. ET LE NON VERBAL

S’il est déjà possible de « discuter » avec des systèmes informatiques par le clavier ou la reconnaissance vocale, ces systèmes ne reconnaissent pas notre humeur du moment autrement que par les mots et leur valeur sémantique. Le projet SEMAINE propose un système informatique pouvant entretenir une conversation avec un être humain, tout en réagissant au ton de voix et aux expressions faciales : « (…)the project will build a Sensitive Artificial Listener (SAL) system, which will perceive a human user’s facial expression, gaze, and voice and then engage with the user. When engaging with a human, the SAL will be able to adapt its own performance and pursue different actions, depending on the non-verbal behaviour of the user. » J’imagine que cela peut engendrer un fort effet d’empathie, qualité proprement humaine (certains chercheurs l’ont identifiée dans le comportement de quelques animaux) qui accentue la présence à l’autre. L’empathie est cette capacité de comprendre l’autre, de s’identifier à l’autre, de se « mettre à sa place » tout en gardant une distance « objective ». Un effet d’empathie est ainsi inévitablement un effet de présence.

Ce projet est mené par le Centre de recherche pour l’intelligence artificielle en Allemagne, le collège impériale de Londre, l’Université de Paris 8, l’Université de « Twente » en Hollande et le Technical University de Munich.

Lire l’article du Science Daily
(L’article est malheureusement plus promotionnel que technique, on y apprend très peu sur le système informatique)

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :