Les pouvoirs de l’image : les crying boys!

Bien après les icônes religieuses, les images continues d’exercer leur pouvoir…La preuve en est que depuis 1985 jusqu’à récemment, plusieurs représentations picturales de jeunes hommes portant une larme semblent être la cause d’incendies de maisons portant un tel portrait sur leur mur, du moins, c’est ce que les résidents veulent bien croire. Les peintures de jeunes garçons pleurant seraient pourvues d’un mauvais sort. La larme serait la cause physique du feu, elle se transformerait en une sorte de tison qui déclenche un feu dévastateur…Les tableaux proviennent tous du même artiste. Ce sont les pompiers qui d’abord se seraient aperçus du fait étrange : « A colleague of Peter’s, station officer Alan Wilkinson, said he knew of numerous other cases where prints of the ‘Crying Boy’ had turned up, undamaged, in the ruins of homes destroyed by fires.  » Cela valu une histoire dans le très populaire journal « The Sun », un article nommé : « Blazing Curse of the Crying Boy ».

Alors : une histoire, puis une autre et ensuite viennent les médias et finalement, le mythe. Ces images en deviennent freaky. On a presque l’impression que les petits garçons versent une larme de crocodile pour le coup qu’il s’apprête à faire. Leur tristesse n’arrive plus à nous émouvoir, elle les rend encore plus malins! Le mythe en construit de toute pièce l’effet de présence.
Ce qui ne faut pas entendre…Il semblerait que les maisons brûlent, mais les peintures maléfiques subsistent, intactes!

Lire un article sur le sujet

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :