Inuksuk, l’ancêtre du GPS

De retour d’un petit voyage à la fois en montagne et sur le bord de la mer, j’avais envie de parler du phénomène particulier de l’Inuksuk qu’on retrouve très souvent sur le toit des montagnes. Les Inuksuit (un Inuksuk, plus de deux Inuksuit, deux Inuksuuk) font partie du paysage montagneux, ils sont devenus très banals pour tout bon hitch-hicker, si bien que l’on ne se questionne plus sur leur signification. Les petits bonshommes de pierres se rencontrent là où le paysage devient un vide majestueux, ils sont là, ils y veillent. On les aperçoit sur le Mont-Albert, au coeur des Chic-chocs, mais sur le versant un peu moins exploré. Lorsqu’on atteint le sommet de la montagne, deux vues complètement différentes s’offrent à nous. Il y a le paysage de montagnes bleues et vertes, mais l’autre versant possède le climat d’une toundra avec un peu de neige (même au mois de juillet). La descente par ce versant se fait plus rigoureuse et plus longue puisque le randonneur doit marcher sur de grosses pierres volcaniques rouges. L’effet en est très étrange. C’est sur ce versant, donc, que l’on rencontre les petits Inuksuit, alors que l’on a l’impression de franchir un reg en plein coeur du Québec. On marche comme ça, sur les crête de montagnes pierreuses, durant plusieurs heures, jusqu’à ce qu’on rejoigne à nouveau la forêt.

D’abord Inuksuk signifie « qui agit à la place d’une personne ». L’Inuksuk se présente parfois simplement comme un amas de pierres, la forme anthropomorphique n’est pas nécessaire. On l’appelle également Innunguac (comme une personne), lorsqu’il prend la forme humaine. Lorsqu’on regarde la petite sculpture, il y a évidement effet de présence : quelqu’un est passé par là, car ceci ne peut pas être l’oeuvre de la nature. La figure agit à la fois comme un indice de passage, mais elle agit comme tel puisqu’elle prend une forme humaine ou non naturelle. Mais les Inuksuit dépassent ce simple rôle chez les Inuits, ils sont essentiels à leur survie dans un climat très froid. Ils deviennent des messagers, indicateurs de lieux de repos, de pêche ou de chasse selon leur forme et leur disposition. Ils sont également des objets cultuels possédant le pouvoir de réduire votre espérance de vie si vous les détruisez (enfin, c’est logique étant donné qu’ils indiquent les lieux pour combler les besoins essentiels). Les Inuksuit sont également utilisés pour s’orienter d’un village à l’autre. Ils sont toutefois de plus en plus utilisés simplement pour marquer la présence, même chez les Inuits…Le GPS étant devenu un moyen plus performant pour s’orienter et le satellite plus efficace pour la communication!

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :