L’invisibilité : jeu vidéo et art

Dans son article On Invisibility in Game Design, Steve Gaynor réfléchit sur le phénomène de la présence implicite du designer de jeu vidéo à l’intérieur du jeu. Il questionne le dialogue entretenu entre le designer et le joueur. Il montre également comment la présence du designer est traduite par l’ensemble de règles qui régissent un jeu vidéo, aussi simple soit-il, utilisant l’exemple éloquent de Tétris. Gaynor compare ainsi, tout au long de son article, les arts visuels et les jeux vidéo. Ce qui est assez catastrophique, mais je lui donne une étoile * pour l’originalité. Catastrophique parce que l’auteur passe ainsi par les grands mouvements de l’art qu’il compare à des manières de concevoir des jeux vidéo, ce qui lui permet également d’affirmer l’absence d’interactivité dans l’art. Aïe aïe aïe! Drôle de chose à dire en ce 2 octobre 2008 (date de parution de l’article). L’auteur fait d’autres grandes déclarations et catégorisations de la sorte tout au long de son article. C’est pourtant assez chouette à lire quand on le prend avec un grain de sel. Il n’est pas facile de se pencher sur l’invisible d’une représentation. Les réflexions, qui m’apparaissent loufoques, recèlent de quelques idées plutôt intéressantes du point de vue de l’effet de présence. On pense souvent l’effet de présence dans le jeu ou dans l’art comme un effet de la représentation pour elle-même et non comme celui de la présence de l’artiste ou du designer inscrit dans l’oeuvre :

« It’s a wildly abstract and strangely mediated presence in the work: unlike a writer who puts his own views into words for the audience to read or hear, or the painter who visualizes an image, creates it and presents it to the world, a game designer’s role is to express meaning and experiential tenor via potential: what the player may or may not do, as opposed to exactly what he will see, in what order, under which conditions. »

Lire l’article avec un grain de sel

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :