Insondables visages

Réduire les émotions à une constellation de signes perceptibles à la surface d’un visage et jusque dans ses mouvements presque imperceptibles, objectiver le mystère insondable du visage « qui se mue en résistance totale à la prise » (Lévinas), n’est-ce pas là le fantasme des « artisans du trompe-l’oeil technologique ». Une équipe de recherche de l’université des Îles Baleares ont développé un modèle informatique qui permet aux visages qu’il génère d’exprimer une multitude d’émotions en relation avec une personnalité précise. C’est en leur racontant une histoire qu’ils les font réagir. Pour tester le réalisme du programme, les chercheurs ont demandé à des étudiants d’identifier les émotions exprimées par le visage en question.

S’il y a quelques traits significatifs d’une émotion, ceux-ci doivent être autant contextuels qu’ils sont aléatoires. Ce sont ces traits que nous nous représentons, que nous avons l’habitude d’identifier, lorsque nous pensons à une émotion précise. Ils deviennent eux-mêmes des codes culturels qui parfois collent bien à une situation singulière et autrefois, ne collent pas du tout. Le fait que la plupart des étudiants soient parvenuent à identifier l’émotion en question sur le visage programmé est peu révélateur du réalisme de la représentation sinon que le visage se rapproche de ce à quoi on s’attend de voir apparaître dans un visage lorsqu’on souhaite illustrer une émotion quelconque. Les chercheurs ont aussi opéré une évaluation « objective » à l’aide d’un programme informatique…un peu tautologique comme étude. En fait, ça montre bien que la programmation qui a pour objectif de lier la personnalité et l’expression de l’émotion fonctionne.

Le repérage des différents traits distinctifs, voire généraux d’un visage, se révèlent plutôt efficaces lorsqu’il s’agit de décrypter le « mood » d’un enfant de 3 ans, mais qu’en est-il d’un adulte? Y a-t-il une manière d’engendrer l’effet d’une émotion qui cherche en même temps à se dissimuler? Je serais curieuse de voir ce genre d’étude se complexifier davantage, par exemple, en travaillant sur les traces émotives dans l’expression faciale d’un acteur en jeu. C’est Lévinas, défiant Husserl, qui parle de cette double-intentionnalité inhérente à l’être humain…Le visage est le lieu d’expression en force de cette double-intentionnalité, c’est ce qui le rend justement insaisissable.

Plus d’infos sur l’article discuté
Merci à mon collègue J.H. pour cette info 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s