Précieuse maladresse

Quelle sont les bienfaits de la maladresse pour la recherche théorique? Pour l’art? Je me pose cette question absurde (la plupart des gens me dirait sans doute qu’il n’y pas de bienfaits) parce que je me sens toujours bien maladroite lorsque je manipule des concepts, des notions, des idées théoriques, mais aussi et surtout lorsque j’explore l’aspect pratique. Mes collègues artistes, ici, à Boulder, me donnent l’impression de faire les choses avec une telle perfection. Ce n’est pas une question d’aptitude physique ou intellectuelle (ce à quoi renvoie l’adresse), c’est plutôt comme s’ils avaient l’habitude de traiter la maladresse avec le plus grand soin de sorte que celle-ci devienne une « originalité ». Telle est leur aptitude. En les observant, j’ai compris que la maladresse leur était extrêmement précieuse. Ils ne voudraient, pour rien au monde, la perdre.

Si la maladresse est le fait de faire quelque chose avec le manque d’aptitude intellectuelle ou physique, à partir de quand est-ce qu’on peut dire que quelque chose n’est plus maladroit? Je suis certaine que cette question hante bien des doctorants, parce que retourner autrement, elle se traduit par : quand serai-je prête à écrire ma thèse, par extension : quand pourrai-je agir concrètement, faire adroitement…Comme cette question ne trouvera jamais de réponse objective, unique et simple, je me dis qu’il faut « faire » maintenant : faire avec sa précieuse maladresse et ne vouloir, pour rien au monde, la perdre.

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

2 commentaires sur « Précieuse maladresse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :