Dig Deeper this Time!

Oui, l’histoire est une construction bourgeoise qu’il faut apprendre à déconstruire afin d’au moins faire l’effort de mettre en lumière, tel que le meilleur des djs parvient à le faire et from the bottom up, ce qui a été occulté. Beaucoup d’artistes contemporains remâchent des événements marquant de cette histoire, mais encore plus d’entre eux s’efforcent de creuser là où personne ne l’a fait auparavant.

Car on sait bien que l’oubli, lorsqu’on la lit cette histoire, est une question de pouvoir, bien sûr. Ce que l’on retrouve dans cette histoire structurée et structurante de l’humanité ne représente pas l’ensemble de ce qui a marqué la collectivité, au contraire, elle en dit plus long sur le biais des hommes que sur leur affect! Oui, il faut changer notre manière de faire l’histoire et surtout à l’ère d’Internet, car il y a là un média où la collectivité peut librement « collecter ».

Car en échappant à l’illusion historicienne et au mythe prométhéen du progrès en art, nous redécouvrons ses liens avec le mythe faustien : l’art est une expérience-limite de lucidité, pour éclairer l’image du monde.
(Fisher, L’histoire de l’art est terminée)
Mais justement, cette « expérience-limite de lucidité » est pour moi celle d’une conscience historique renouvelée, non formatée, car il ne suffit plus simplement de creuser et de réinterpréter les quelques artefacts que les autres ont laissé à notre portée. Il faut, pour reprendre la superbe chanson Fuel d’Ani di Franco et puisque je prône une histoire interdisciplinaire :

dig deeper, dig deeper this time
down beneath the impossible pain of our history
beneath unknown bones
beneath the bedrock of the mystery
beneath the sewage systems and the path drain
beneath the cobblestones and the water mains
beneath the traffic of friendships and street deals
beneath the screeching of kamikaze cab wheels
beneath everything i can think of to think about
beneath it all, beneath all get out
beneath the good and the kind and the stupid and the cruel
there’s a fire just waiting for fuel

Et ce feu qui anime nos faits et gestes au quotidien, telle la brise imaginaire qui anime les événements d’un tableau, c’est cela qui doit être au cœur de la pratique de l’historien!

2 commentaires sur “Dig Deeper this Time!

  1. Pour avoir passablement lu en histoire, j'ai compris qu'il y a forcément un biais selon les tendances inavouées de l'historien.

    Celui qui a peut-être fait un tour « total » de l'histoire en tenant compte de plusieurs paramètres, c'est, à mon avis, Oswald Spengler (dans Le Déclin de l'Occident).

    Une civilisation, c'est avant tout une idée qui a germé, avant de grandir, d'atteindre la maturité, de vieillir et de céder sa place à une autre grande Idée.

    😉

    J'aime

  2. Bien dit Trader…

    L'aspect critique est tellement important dans « une histoire »…Surtout que c'est une très jeune discipline, mais qu'elle prétend englober toute l'histoire de l'humanité, avant même la naissance de la discipline elle-même! Enfin, c'est paradoxal..

    Je ne connais pas Oswald Spengler, though, je vais y jeter un coup d'oeil! Merci!

    @+

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s