Des effets de présence chez Art mûr!


Les deux expositions qui ouvriront le 2 septembre chez Art mûr retiennent mon attention de chasseuse d’effets de présence!

Fréquentant régulièrement et écrivant pour la galerie en question, je connaissais déjà le travail des artistes ( Laurent Craste, Valérie Félix, April Hickox, Spring Hurlbut, Guillaume Lachapelle, Yann Pocreau, Jason & Carlos Sanchez, Annie Tung, Kevin Yates et Ewa Monika Zebrowski) mis en scène dans l’exposition collective Hantise. Évidemment, je les connaissais précisément sous mon angle d’étude de l’effet de présence et de l’animisme, c’est ma lorgnette depuis plusieurs années, mais il est chouette et très stimulant de constater que je ne suis pas la seule à y voir là de la hantise. J’avais d’ailleurs écrit le texte de l’exposition, d’une des artistes participantes, la photographe Ewa Monika Zebrowski lors de sa précédente exposition à Art mûr. Une exposition dans laquelle « les Robes sans histoire aux contours vaporeux révèlent leur présence fantomatique ». Ève de Garie-Lamanque, commissaire de l’exposition, a rassemblé les œuvres de ces artistes pour en faire ressortir l’aura, cette âme des objets inertes. Il sera intéressant de voir comment se côtoient ces objets hantés, car quelque chose (ou quelqu’un, genre, Benjamin) me dit que, parfois, leur animation relève du fait qu’ils sont entourés d’inerties (souvent muséales). Une exposition à expérimenter!

Dans un deuxième temps, il y a l’exposition About Painting de l’artiste Jinny Yu dont j’ai rédigé le texte de l’exposition justement parce que son travail m’a immédiatement interpellé. Le travail pictural de cette artiste a su relancer les subtilités de ma réflexion sur l’effet de présence comme sur l’histoire de l’art. Car dans la sensibilité même des traces de pinceaux, il y a bel et bien une conscience historique, « Mais quelle histoire est en train de s’étioler dans les semblants de pages qui virevoltent au ras du sol d’un espace à peine perceptible? Jinny Yu, nomade, nous raconte le va-et-vient constant, et tellement polémique pour l’histoire de l’art, de l’abstraction et de la figuration ». Un travail pictural sur le fantomatique donc, qui s’arrime bien avec l’exposition Hantise!

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :