Impressions sur l’art contemporain (partie 1)

Plus j’y pense, plus je trouve que l’art contemporain a l’effet d’une drogue dure sur moi. Plus j’en consomme, plus je cherche les « high » pour retrouver LE feeling. Et ce feeling, je le réalise aujourd’hui : il est rare! Je parle du feeling que j’ai eu en me couchant au centre de la pièce immaculée du Forty-Part-Motet de Janet Cardiff ou en regardant Rain Spot Sweden de Pipilotti Rist

Rain Spot Sweden, Pipilotti Rist
Ou encore le premier high que j’ai eu lorsque qu’avant même d’avoir commencé mes études du baccalauréat en histoire de l’art, en 2000, je parcourais les oeuvres de Nam June Paik à travers la spirale du Guggenheim Museum de l’architecte qui allait, par sa maison traversée d’une rivière, devenir l’un de mes favoris.


Entre les pattes de l’araignée de Louise Bourgeois, la présence du monde s’estompait un peu et dans les méandres des murs vertigineux de Robert Serra, dans le plus beau des musées designé par Frank Gehry, le monde cessait tout simplement d’exister.

Les oeuvres d’art contemporaines sont sans doute celles qui, au fil du temps, sont parvenues à me toucher le plus profondément. Mais j’oublie parfois qu’elles le font très très rarement. Après toutes ces années, il m’est étrange de dire que je peux presque compter sur mes doigts les expériences intenses que l’art contemporain m’a fait vivre.

Lorsque j’entre au musée ou dans une galerie, je suis toute là, toute dispo à recevoir. Je tente de ne pas rejeter ce qui, au premier abord, me semble tout à fait absurde parce que dépourvu de sensibilité. Mais plus souvent qu’autrement, ça l’est, absurde.

Le problème, avec ce genre de situation, est que le public se sent lui-même comme une « absurdité ambulante » qui parcourt l’espace d’une exposition.

Et pourtant, il n’en est rien!

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

3 commentaires sur « Impressions sur l’art contemporain (partie 1) »

  1. Ah oui, j'imagine! Plus on entre dans un univers, plus on s'aperçoit de sa vasteté et plus on cherche les perles! C'est essoufflant 😉

    Ça s'est très bien passé, merci! Un public très réceptif et ouvert, enfin, j'étais bien contente et reconnaissante de pouvoir faire ce « partage » avec ce monde-là! 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :