L’hebdo hypermédiatique #netart

La scène du Net Art est particulièrement productive cette année. Puisque très peu de sites Internet en témoignent, j’entame une série intitulée « L’hebdo hypermédiatique #netart ». Il s’agit d’un bulletin de nouvelles hebdomadaires (peut-être pas toujours ponctuel!) relatant les nouvelles œuvres, récentes entrevues et nouveaux projets liés à cette forme d’art encore trop méconnue. Je souhaite les rassembler ici afin de leurs donner une visibilité supplémentaire et d’exposer, au fil des semaines, cette effervescence qui en fait une forme d’art importante à l’heure actuelle. Ainsi, on ne retrouvera pas des analyses, mais plutôt une courte liste des productions récentes avec quelques commentaires!
Cette semaine  :
1-Nouvelle œuvre Untitled Internet de Constant Dullaart (son vrai nom, il insiste!), un artiste Néerlandais hyper prolifique dont le travail est reconnu et exposé à l’échelle internationale. Il propose ici à l’internaute une navigation pour laquelle l’interface est brouillé par des coups de pinceau. Ça vaut la peine de l’explorer sur plusieurs sites et même de retourner plusieurs fois sur un même site via l’œuvre de Dullaart, car le résultat n’est jamais le même! Ce projet s’inscrit tout à fait dans sa série d’oeuvres modifiant l’apparence du moteur de recherche Google incluant, entre autres, The Revolving Internet ou encore The Disagreeing Internet. Voici une version de mon blog, dans la lorgnette de l’Internet sans nom de Dullaart :
2-Une vidéo-entrevue passionnante et éclairante avec l’artiste berlinois Aram Bartholl, mon artiste coup de coeur des dernières années (!),  portant sur l’ensemble de sa pratique. Ses oeuvres/performances articulent toujours finement le rapport entre le numérique et l’analogique. Bartholl est aussi l’instigateur des Speedshows de net art, une autre stratégie pour amener la forme d’art à faire partie de notre monde sublunaire. Un sujet dont il discute, entre autre, dans cette vidéo!
3-Un article à la fois incisif  et élogieux de Lionel Morel sur Owni.fr à propos de l’exposition en cours Capturée à l’écran, une libre reste libre, une initiative d’Antoine Moreau, instigateur de la Licence Art Libre. L’auteur décrit bien l’idéologie derrière le projet qu’il met en lien avec d’autres événements récents, notamment  Collect the WWWorld : the Artist as Archivist in the Internet Age. Il apprécie que certains artistes « remix » décident de respecter les droits d’auteur en travaillant à partir du matériel libre alors qu’il déplore le fait que d’autres n’en tiennent pas compte. Malgré le fait qu’il semble critiquer les autres projets pour mieux « remonter » l’exposition d’Antoine Moreau, cet article a retenu mon attention parce qu’il fait état d’un phénomène artistique très actuel lié au Web.
4-Une entrevue éclairante avec l’artiste Annie Abraham sur le Tumblr Today I Converse à propos de son parcours artistique et, je dirais même, de vie. Le dialogue est très informel, c’est principalement ce qui fait le charme de la lecture. Encore une fois, on a l’impression que l’artiste nous livre des petits secrets. Un passage m’a particulièrement marqué en ce qu’il m’apparait représentatif d’une résistance, dans le sens très positif du terme, des artistes de net art (que je ne devrais pas appeler ainsi) : 
5-Le trailer du Museum Of Glitch Aesthetics, le plus récent projet de l’artiste et professeur Mark Amerika, sera inauguré le 22 juin 2012 dans le cadre de Abandon Normal Device, un festival annuel de nouveau cinéma, d’art et de culture numérique (alternativement présenté à Liverpool et Manchester, UK). Un autre projet d’envergure, tel le projet précédant et toujours en cours Remix The Book,  qui regroupera les œuvres de plusieurs artistes travaillant avec les esthétiques de la défaillance informatique.
6-Sur la scène locale (Montréal), l’Abécédaire du Web, un commissariat de la professeur-chercheur Joanne Lalonde, spécialiste du net art est présenté par le NT2, le Laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques. Ce projet, inaugurant la section « exposition » du Laboratoire, « propose un parcours exploratoire en vingt-six rubriques ou thématiques qui visent à mettre en valeur les enjeux esthétiques et critiques de la création hypermédiatique ». Clair et simple pour les novices, rafraîchissant et intéressant pour les spécialistes!

@+!

Je vous invite à me contacter pour m’informer des nouveautés qui vous apparaissent intéressantes (paulemackrous arobas yahoo point fr).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s