L’hebdo hypermédiatique #netart

Je suis en vacances jusqu’à la fin du moins d’août, mais je suis trop accroc au Net Art pour ne pas faire un petit hebdo, une fois de temps en temps! Et comme l’Internet se rend même dans le Far West Américain, voici quelques petites découvertes d’une Web Cowgirl dans le Wild Wild Web :

1-Je viens d’apprendre l’existence de The Eternal Internet Brotherhood, via un petit billet fort intéressant du net artiste (ou neen artiste) pour les intimes Angelo Plessas! Il s’agit d’une sorte de camp de vacances pour les commissaires, artistes et auteures s’intéressant à la cyberculture.  Cet événement que j’ai envie de qualifier d’ésotérique (j’aurais aimé y être, évidemment!) a eu lieu sur une île grecque cette semaine.

2-Un billet paru sur le blog du site Rhizome.org présente une série d’images sur le thème du graffiti numérique. J’aime beaucoup la manière dont les artistes présentés s’approprient l’espace public en y injectant une esthétique numérique. Lorsque j’ai enseigné un cours sur le net art et la cyberculture, il y a quelques années, j’avais justement introduit le sujet avec le graffiti. Il y a définitivement un lien profond entre la pratique du graffiti, la culture remix et la manière dont certains net artistes s’approprient le Web.

3-Je suis tombée sur ce site magnifique qui me touche incroyablement. On s’entend, quand je trouve quelque chose magnifique sur le Web, c’est parce que l’esthétique est complètement rétro (ou « folk » comme l’affirme l’experte du Web 1.0 Olia Lialina). Il s’agit du site de Pauline Marx. Mettez le volume et naviguez là-dedans, c’est pas toujours facile de savoir où cliquer : on se sent vraiment dans le Wild Wild Web!
4-Pour poursuivre dans la thématique de l’esthétique Web 1.0, un petit article sur le sujet par Joshua Kopstein paru sur le site The Verge : « Walking the Web 1.0 Wasteland« .  L’auteur y remarque l’intérêt grandissant pour cette esthétique depuis plusieurs années, mais surtout, il introduit le projet de maîtrise intitulé Ruins de l’artiste Alain Vonck. Il s’agit d’un livre graphique portant sur le Web vernaculaire : très très très intéressant!

@+

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :